COTISER À VOTRE CELI
PLUTÔT QU'À VOS REER

Pour économiser, investir périodiquement est une stratégie bien intéressante. Si ces investissements sont dans le but de cotiser au REER, cette cotisation serait optimisée en cotisant d’abord au CELI. Pour ce texte, il ne sera pas question de déterminer s’il est plus avantageux de cotiser au CELI ou au REER, mais bien d’optimiser la cotisation au REER.

Pour simplifier l’explication, voici un exemple simple de cette situation. M. Kicenrichy a déterminé qu’il voulait économiser 100$ chaque semaine pour l’économiser et cotiser à ses REER. Cet investissement périodique équivaut à 52 versements de 100$ à ajouter à son épargne dans le but de cotiser à son REER. Sans compter le rendement, cela fait une somme brute de 5 200$. Si on rajoute un rendement de 250$, généré par l’investissement hebdomadaire au cours de l’année, à ce moment-là, on se retrouve avec un montant de 5 450$.

Dans l’éventualité que le 100$ hebdomadaire est cotisé directement à son REER, à ce moment-là, lors de sa déclaration de revenus, il devra inscrire un montant cotisé de 5 200$, même si la valeur au moment de compléter sa déclaration de revenus est de 5 450$. Pour optimiser la situation, au lieu de configurer cette structure, M. Kicenrichy préfère cotiser dans le CELI pour ensuite cotiser à son REER. Plutôt que de cotiser 100$ dans son REER à chaque semaine, il préfère mettre 100$ dans son CELI, dans le même type d’investissement qui lui donne le même rendement. Ainsi, à la fin de l’année, il aura alors 5 450$ dans son CELI, qu’il sortira pour ensuite cotiser à son REER. En fonctionnant de la sorte, plutôt que de faire une cotisation de 5200$ à son REER et d’avoir déjà accumulé un montant de 250$ sur lequel il devra un jour payer l’impôt, il se retrouve à faire une cotisation à son REER de 5 450$. L’impact fiscal est doublé, car il n’a pas d’impôt à payer sur le 250$ qui a été généré dans le CELI, mais il a également une cotisation au REER de 250$ supplémentaire, ce qui lui permet d’avoir une économie d’impôt supplémentaire et se retrouver avec plus de liquidité dans ses poches.

Si vous êtes salarié et que votre employeur cotise un montant supplémentaire pour chaque cotisation que vous effectuez. À ce moment-là, les calculs sont différents, et il pourrait être plus avantageux de prendre ce programme d’investissement, qui permet d'avoir un rendement instantané bien intéressant. Si votre employeur cotise à votre REER lorsque vous cotisez, informez-vous s'il offre un régime collectif directement dans le CELI plutôt que dans le REER. Informez-vous des conditions et faites vos calculs. Ça peut être payant.

Si vous souhaitez configurer une cotisation périodique préautorisée à votre CELI ou mettre en place d'autres stratégies, n’hésitez pas à fixer un rendez-vous téléphonique avec moi pour en discuter.

Philippe Deveau
Guide à l’enrichissement
Agenda en ligne